lundi 12 mai 2014

Une généalogie en 52 semaines

Rien n'arrête un généalogiste, ni le temps, ni la distance, ni les défis. Alors que certains d'entre vous s'apprêtent à publier un article par jour pendant un mois, Marine a fait le choix de publier la vie d'un ancêtre par semaine. C'est le défi "52 semaines, 52 ancêtres".  




Peux-tu te présenter ?
Je m'appelle Marine, j'ai 26 ans et je suis née en Normandie, mais j'ai toujours eu la passion des voyages. Je vis maintenant avec mon mari à Singapour depuis 6 mois où je travaille comme ingénieur logistique.


Depuis quand fais-tu de la généalogie ?
J'ai démarré mes recherches lorsque j'avais 15 ans, en 2003, en trouvant par hasard sur Internet un cousin qui avait travaillé sur une des branches de mon arbre. J'ai alors eu envie d'aller à mon tour me promener dans les autres branches, ce qui m'a emmené dans la mairie du petit village de mon père. L'émotion de voir les signatures de mes ancêtres sur leurs actes d'Etat Civil a fait le reste : j'ai mis le doigt dans l'engrenage !


Depuis quand as-tu un blog de généalogie ?
Mon blog de généalogie, Dans les branches, est tout jeune lui ! J'ai démarré tout à la fin du mois de décembre 2013. Je tenais déjà un blog de cuisine et un de voyage, mais j'avais peur de n'avoir rien à raconter d'intéressant si je démarrais un blog de généalogie. En arrivant à Singapour, je cherchais du travail et j'avais plus de temps pour moi. J'ai vu qu'il existait déjà une formidable communauté de généablogueurs, alors je me suis lancée.





Peux-tu présenter le challenge 52 Ancestors ?
Le challenge 52 Ancestors in 52 Weeks, en français 52 Ancêtres en 52 Semaines, consiste comme son nom l'indique, à publier chaque semaine un article sur un ancêtre. Cet article peut prendre la forme que l'on souhaite, de l'anecdote à la biographie complète en passant par une simple photographie de famille. La seule condition est que chaque article doit mettre l'accent sur un ancêtre en particulier. C'est la généalogiste américaine Amy Johnson Crow (@amycrow sur Twitter) qui a lancé ce défi à la communauté de généalogistes d'outre-Atlantique qui jusqu'ici relève le défi avec succès avec près de 150 participants qui publient chaque semaine. Pour l'instant, nous ne sommes que deux francophones à y participer, mais j'espère que cet article donnera envie à d'autres généalogistes français de nous rejoindre !


Pourquoi as-tu choisi d'y participer ? 
Je venais de me décider à créer le blog et puis j'ai découvert ce challenge qui correspondait exactement à l'orientation que je voulais donner à mes articles : parler de mes ancêtres à la fois pour réorganiser les notes que j'avais accumulées depuis 10 ans, pour partager mes recherches avec les membres de ma famille, partager mes méthodes de recherche et bénéficier de celles d'autres généalogistes qui tomberaient sur mes articles. Je pense que le challenge est un bon moyen de revisiter chaque ancêtre dans le détail. Une semaine cela peut sembler un peu court, mais je trouve le concept idéal pour ceux qui ont déjà accumulé quelques documents, photos, anecdotes individuelles sur certains ancêtres, et qui peuvent ainsi se replonger dedans, les relire, les trier et les mettre au propre.


Comment t'es-tu organisée ?
Ma généalogie elle-même n'était pas très organisée. Jusqu'ici mes outils se limitaient à : mon logiciel Personal Ancestral File (PAF pour les intimes) dans lequel les informations sur la vie de mes ancêtres allaient dans un onglet fourre-tout appelé "Notes", un dossier avec toutes mes photos d'actes triées par sosa, un dossier "à trier" dans lequel s'entassaient des fichiers variés. Bref j'ai du me réorganiser, en créant notamment un dossier pour chaque couple d'ancêtres, en datant et triant mes photographies, et en demandant à mes parents de commencer à scanner les archives papiers que j'avais laissées en France. Bientôt je vais aussi changer de logiciel de généalogie car je manque d'un outil complet pour mieux suivre les vies de mes ancêtres, et je suis sûre que beaucoup d'indices m'échappent. Mais ce sera un challenge dans le challenge car cela veut dire que je vais devoir rebalayer chaque individu de mon arbre pour vérifier ses sources et faire une saisie propre qui sera bien compatible avec le format gedcom.


Comment as-tu choisi les 52 ancêtres et pourquoi eux ?
Je n'ai pas encore choisi tous les 52 ancêtres qui vont faire l'objet de mes articles ! A vrai dire je ne voulais pas traiter le challenge branche par branche, donc je vais un peu au fil de mes envies. Comme cela, tous les membres de ma famille peuvent en profiter presque en même temps. J'essaye quand même de traiter une famille d'ancêtres sur au moins trois semaines d'affilées, pour ne pas non plus perdre mes lecteurs qui ne sont pas familiers avec mon arbre. Plus on remonte le temps, moins il est facile de trouver des informations pour rendre son ancêtre "vivant", alors je me suis d'abord concentrée sur les cinq premières générations de mon arbre, pour lesquelles les papiers de famille, les anecdotes orales et, quand j'ai de la chance, les photographies ont pu traverser les générations. Pour choisir les ancêtres des générations suivantes, je vais rechercher ces petites particularités qui font que l'on aime se concentrer sur un ancêtre plutôt qu'un autre : un métier original, un mariage insolite, un acte indéchiffrable !...


Qu'est-ce que ce challenge t'apporte ? 
Jusqu'ici ma participation au challenge remplit bien ses objectifs. Les membres de ma famille sont ravis de pouvoir lire des histoires sur leurs ancêtres, et plus seulement regarder un arbre avec des noms et des dates. J'ai pu bénéficier de l'aide de certains généalogistes lorsque mon article mettait en avant une "épine généalogique". J'ai fait connaissance avec la communauté de généalogistes d'outre-Atlantique dont je prends plaisir à lire les articles et pour lesquels je peux apporter quelques indices lorsque je rencontre dans leurs articles un ancêtre français. J'ai enfin pu redécouvrir avec un nouveau regard les vies de mes ancêtres. J'ai même fait de nouvelles découvertes en me replongeant dans l'histoire de chacun : le fait d'écrire me donne des pistes que je n'aurais pas eu l'idée d'étudier ! 


Le blog d'Amy Crow : No Story Too Small
Le blog de Diane Tourville, une autre participante francophone au challenge : Généalogie en tête 

Ecrit par Sophie Boudarel

2 commentaires :

Une belle présentation et un beau défi. Il me semble beaucoup plus difficile à relever que le challenge AZ, surtout si l'on s'en tient aux ancêtres au sens strict, donc en écartant les collatéraux. Donc, bravo Marine !

Beau challenge sur la durée ! Avec une difficulté supplémentaire, l'éloignement, même si internet facilite beaucoup les recherches.

Enregistrer un commentaire