lundi 29 octobre 2012

La généalogie sur le déclin ?

Dans un article publié le 28 octobre, James Tanner (1) explique pourquoi, selon lui, l'intérêt de la généalogie serait sur le déclin. Pourquoi je ne suis pas d'accord avec son analyse.


Pour affirmer que la généalogie est sur le déclin, James Tanner s'appuie sur des données collectées par Google Trends.

Qu'est-ce que Google Trends ? C'est un outil qui
analyse une partie des recherches Web Google, sur tous les domaines Google et dans le monde entier. Il calcule ainsi le nombre de recherches sur les mots clés entrés par rapport au nombre total de recherches effectuées sur Google au cours de la même période (2).
Donc si je suis le raisonnement de James Tanner, en analysant les recherches sur le mot "généalogie", je m'alarme et annonce la fin des haricots le déclin de la généalogie.







Or il s'agit d'une analyse sur les demandes effectuées via le moteur de recherches.  Moins de demandes ne signifie pas moins d'intérêt.
Lorsque je trouve un site utile à mes besoins, je le mets dans mes favoris; je ne vais pas sur Google trois fois par jour pour rechercher son adresse.
Autre point important : le terme "généalogie" est vague alors que les recherches sont, elles, de plus en plus précises.





Ainsi si nous regardons plus en détail l'évolution des termes annoncés nous constatons une forte progression sur le terme "généalogie en ligne".
Et le graphique concernant la recherche sur le terme "archives en ligne" parle de lui-même.






De ces graphiques j'en conclue que la généalogie n'est pas sur le déclin mais que sa pratique évolue.



(1) James Tanner, Genealogy's popularity declining ?, publié le dimanche 28 octobre 2012 sur le blog Genealogy's Star à l'adresse http://genealogysstar.blogspot.fr/2012/10/genealogys-popularity-declining.html
(2) Comment fonctionne Google Trends ? à l'adresse http://support.google.com/trends/bin/answer.py?hl=fr&answer=87276

10 commentaires:

  1. Dominique Chadal29 octobre 2012 14:58

    Je suis d'accord avec Sophie. Le raisonnement de James Tanner tendrait à illustrer que l'on peut faire dire à peu près n'importe quoi aux statistiques, selon le point de vue à partir duquel on les regarde !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Très bon article et je partage votre analyse. Sur mon blog (Sacrés Ancêtres), je remarque dans les statistiques que beaucoup viennent aussi par des mots-clés indirectement liés à la généalogie comme des patronymes, des noms de lieux, etc. En somme, le terme généalogie n'a pas l'exclusivité.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Dominique et Thomas,

    Il est important de préciser que l'analyse Google se base sur un nombre total d'utilisateurs Internet. Plus ce nombre sera élevé plus le pourcentage de recherche sur un terme baissera. Mais en chiffres absolus, la demande peut être à la hausse.

    Comme toute statistique, les interprétations doivent être reprises avec précaution !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Sophie, je pensais moi meme ecrire un article sur le sujet suite aux echanges que j ai eu sur Twitter sur le sujet avec d autres passionnés de généalogie. Comme quoi les grands esprits se rencontrent ;-)
    Sinon pour moi, il y a 2 choses importantes a dire sur le sujet :
    1- Au fil des annees, de nouveaux moteurs de recherche ont pris de l importance comme Bing ou Yahoo au detriment, je pense, de Google
    2- Les gens qui font de la genealogie sur Internet passent directement par des sites specialisés style Geneanet ou ils sont deja inscrits ou vont directement sur les sites des AD pour acceder aux archives qui sont en ligne.
    Bref, ceux qui disent que la genealogie est en declin font de la desinformation...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Sophie,
    Je suis d'accord avec les propos de Gregory.
    Je ne vois pas déjà comment l'intérêt pour la généalogie pourrait être en déclin avec les efforts actuels de transcription des actes dans le monde entier, les ouvertures de site des archives, la multiplication des blogs ici et là...
    Comme je le disais sur Twitter récemment, je parle de plus en plus de généalogie autour de moi, j'explique ce que j'ai déjà fait, je vois de la curiosité et je suscite de nouveaux hoobies! Surtout quand je parle de mon blog. Nous sommes la preuve de l'engouement pour la généalogie et une simple requête sur Google ne peut révéler l'exhaustivité pour tel ou tel domaine. Bref du vite dit bâclé.
    Benoît
    Http://mesracinesfamiliales.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  6. On peut faire dire ce qu'on veut aux chiffres même en les situant dans un contexte (trop souvent incomplet). C'est l'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. C'est aussi le problème de comparer des statistiques qui ne le sont pas. C'est aussi la présentation qui en est faite (les grands politiques sont des spécialistes incontestables et incontestés de ces présentations partisanes). La seule chose qu'il soit possible d'affirmer est que le mot "généalogie" est proportionnellement moins utilisé qu'autrefois alors que le nombre d'utilisateurs DU moteur de recherche a explosé.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne prétends pas tout connaître d'Internet et de son fonctionnement mais je l'utilise depuis suffisamment longtemps pour confirmer les propos précédents : si la proportion du mot généalogie diminue dans les requêtes Google cela peut certainement montrer que les internautes savent de mieux en mieux quoi chercher.
    Si on veut une logiciel ou in livre traitant de généalogie on va sur Amazon et on achète.
    Si on cherche des livres anciens on va sur Gallica
    Si on cherche des actes on va suggère les sites d!AD en ligne
    Etc..
    On tape rarement Généalogie sur Google sauf pour savoir ce que c'est ... Et encore, pour ça il y a Wikipédia !

    Merci donc à Sophie Boudarel pour avoir remis les choses à leur place ...

    RépondreSupprimer
  8. Merci Gregory, Benoît, Roland et Olivier pour vos commentaires. Nous en venons tous aux mêmes conclusions :

    - les chiffres, quels qu'ils soient, sont toujours à prendre avec du recul
    - le terme "généalogie" est, maintenant, trop vague
    - les demandes sont plus précises
    - les favoris ça existe !

    Enfin, à voir la courbe de progression de la recherche sur "archives en ligne", je garde espoir ^_^

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Sophie,
    si ces chiffres ne concluent pas au déclin de la généalogie, pour autant, il n'existe aucun chiffre qui indique le contraire. Prenez le nombre d'adhérents dans les associations, le nombre de messages sur les listes de discussion, tapez le nom des 2 plus grands logiciels de généalogie sur Google Trends, ... Il faut rester réalistes et, en l'absence de source sérieuse, cesser d'annoncer dans les reportages que le nombre de généalogistes a doublé depuis 10 ans ou que la généalogie est devenue une des plus grande passion des français.
    Après l'euphorie de 2005-2006 la population de généalogistes semble s'être stabilisée avec un taux de renouvellement satisfaisant. Ces généalogistes qui sont plus adeptes de la quiétude des salles silencieuses et obscures que de la promotion commerciale de leur pratique. Il est à parier que certaines interventions télévisées ou blogs finissent quand même par redresser la barre ...
    merci, cdlt, Nicolas (se faisant l'avocat du diable)

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Nicolas,

    Vous avez raison de vous faire l'avocat du diable, mais comme nous l'avons tous noté, nous pouvons faire dire ce que nous voulons aux chiffres, que ce soit dans un sens comme dans un autre.
    Je vous rejoins sur le côté absence sérieuse de sources. Ce n'est pas parce que le nombre d'adhérents aux associations chute que la généalogie n'intéresse plus. Ce n'est pas parce que les recherches dans les moteurs de recherche pour le terme "généalogie" baissent que la généalogie est sur le déclin.
    Moi-même, avec la fonction de proposition du lien dans la barre url, utilise de moins en moins les moteurs de recherche. J'utilise d'autres sources.

    Je pense sincèrement que la pratique de la généalogie évolue, sur tous les plans. Il faudrait maintenant pouvoir l'analyser.

    RépondreSupprimer